Photo autres pages

RECHERCHE

    Catégorie :  

 

 SuperstitionAujRésumé :   Que recouvre le terme de superstition ? Comment peut-on la mesurer et l'expliquer ? Quel est son poids dans notre quotidien, et quelles sont ses fonctions sociales ? Une étude sur ce phénomène qui peut sembler relever d'une autre époque mais qui, pourtant, est encore très présent dans nos sociétés occidentales.

Si la superstition participe à l'Histoire des hommes, les croyances et les processus sociocognitifs qui en sont à l'origine participent, eux, à l'histoire de la psychologie. Curieusement, et peut-être par manque de noblesse de l'objet, les superstitions et leurs compréhensions par la psychologie restent un champ d'études discret et méconnu du grand public ; l'espace culturel qui leur est dédié est habituellement occulté par des publications où le folklore, le sensationnalisme et la pseudo-psychologie cohabitent sans grande difficulté.

Nous tenterons dans cet ouvrage de donner quelques éléments de réponses à différentes problématiques relatives à la superstition, tant au niveau de leurs représentations et de leurs symbolismes qu'à celui des pratiques et de leurs conséquences. La première grande question pourrait simplement être : est-ce que « ça marche » ? Mais bien d'autres interrogations se posent... Comment définir la superstition, que recouvre exactement ce terme Qu'apportent les études de psychologie à la compréhension du phénomène ? Comment peut-on mesurer la superstition, et l'expliquer ? Est-ce une question de circonstances ou d'attitude psychique particulière développée par certains individus ? Quel est le lien de la superstition avec d'autres croyances comme les croyances religieuses ? Quel est son poids ou sa fonction sociale dans notre environnement quotidien ?

                                                                        [deboecksuperieur.com]

 

Localisation :  campus Gabrielle- Roy   Cote : BF 1775 G37 2014

Recherche

CITATION

 

 

CITATION

 

CITATIONS

"J'aime recevoir des lettres anonymes parce que je n'ai pas à répondre."

Jean Dutourd